Si le miel a joué un rôle central dans les cultures anciennes, attirées par sa couleur jaune qui en faisait un symbole du soleil, il a toujours été recherché pour ses propriétés sucrantes, ses vertus médicinales et même esthétiques, notamment pour l’équilibre qu’il apporte à la peau.

Ces pratiques ne peuvent qu’être approuvées aujourd’hui maintenant que la science a percé les grands secrets qui se cachent derrière les bienfaits du miel, un produit aux milles vertus qui se veut être votre meilleur allié santé.

Vous verrez que le miel apporte au moins une dizaine d’actions bénéfiques prouvées scientifiquement. On vous dit lesquelles juste après que vous aurez jeté un coup d’œil sur ses valeurs nutritionnelles. Le miel n’a aussi que peu de contre-indications et peut être intégré dans notre alimentation quotidienne à condition de respecter les doses prescrites.

Les valeurs nutritionnelles du miel :

Le miel est essentiellement composé de 3 catégories de glucides qui lui donnent un pouvoir sucrant supérieur au sucre traditionnel si tant est qu’il s’agit d’un miel qui aura eu le temps de vieillir. Ainsi, il est composé de saccharose, de fructose, de glucose…

100 grammes de miel vous feront bénéficier d’environ 300 calories et de 82g de glucide. Par contre, le miel ne contient ni lipides, ni fibres, ni cholestérol. La même quantité de miel vous donne encore 47mg de potassium, 3mg de magnésium, 17mg de phosphore et 5mg de calcium.

Ses apports en fer sont moindres, à raison de 0,5mg. Il en est de même des vitamines B1, B2 et B6, très peu présentes.

Quels sont les bienfaits et les vertus du miel pour la santé ?

1. Le miel nous apporte des nutriments

La première vertu du miel sur la santé se trouve dans les nutriments qu’il a vocation à nous apporter. Ainsi, vous aimerez certainement savoir qu’une cuillère à soupe de cet aliment,  soit 20 grammes de miel vous apporte une soixantaine de calories et une quinzaine de grammes de sucre parmi lesquels on retrouve le fructose et le saccharose.

Le miel nous fait aussi bénéficier d’une quantité notable de composés bioactifs issus des plantes butinées par les abeilles de même que des antioxydants.

2. Le miel est un antioxydant

Lorsque vous choisissez du miel de bonne qualité, celui-ci agira aussi comme antioxydants, c’est-à-dire, un aliment actif dans le ralentissement et la neutralisation des effets du vieillissement de même qu’il jouera un rôle clé dans la prévention des maladies cardio-vasculaires, les accidents cérébraux, un certain nombre de cancers et enfin les maladies oculaires.

Parmi les antioxydants qui composent le miel, on peut citer les phénols, les flavonoïdes, mais aussi des acides organiques et des enzymes, autant d’éléments qui donnent au miel ses propriétés antioxydantes.

Certains miels sont meilleurs que d’autres dans ce domaine. A titre d’illustration, des études ont mis en évidence la capacité du miel de sarrasin à intensifier le rôle antioxydant que peut avoir le sang.

3. Le miel convient aux diabétiques

Bien que les données scientifiques inhérentes aux bienfaits du miel sur les diabétiques ne soient pas encore complètement avérées, elles font déjà ressortir qu’il est capable de diminuer les risques associés à l’état des personnes diabétiques.

Ainsi, les malades qui consomment du miel voient diminuer leurs inflammations, mais aussi leur taux de triglycérides et de mauvais cholestérol tandis que leur taux de bon cholestérol va en augmentant.

Si le miel peut induire une augmentation du taux glycémique, celui-ci sera de loin inférieur à ce que produirait le sucre. Néanmoins, pour les diabétiques, le miel reste un aliment à consommer avec modération.

4. Le miel diminue la tension artérielle

Les personnes souffrant d’hypertension artérielle ont également tout intérêt à introduire du miel dans leur alimentation, car il contribue à la faire baisser, ce qui par voie de conséquence entraine aussi une diminution des risques d’accidents cardiovasculaires.

Selon les conclusions scientifiques disponibles à ce sujet, cette particularité du miel lui est donnée par ses composants antioxydants. Les expériences qui ont permis de démontrer ce bienfait du miel ont d’ailleurs été conduites sur des rats de laboratoire, puis sur les humains eux-mêmes.

5. Le miel régule le cholestérol

On sait que le cholestérol LDL plus connu sous le terme de mauvais cholestérol constitue l’un des premiers facteurs dans l’apparition des maladies cardiovasculaires et de l’athérosclérose, soit, la présence de graisse dans les artères.

Or, parmi les bienfaits du miel, on retrouve aussi sa capacité à équilibrer le taux de cholestérol dans le sang. De nombreuses études ont alors permis de constater que non seulement le miel diminuait la cholestérolémie, mais il favorise aussi la production de cholestérol HDL, soit le bon cholestérol.

En se référant aux comparatifs scientifiques menés entre le miel et le sucre raffiné, on peut aussi obtenir les diminutions du mauvais cholestérol en pourcentage, soit de 5,8%. Le bon cholestérol quant à lui augmente de 3,3%. Le miel préféré au sucre entraine aussi une perte pondérale de 1,3%.

Ces résultats sur les bienfaits du miel ont été menés sur un échantillon composé d’une cinquantaine de personnes.

6. Le miel agit contre les triglycérides

Une forte teneur en triglycérides dans le sang entraine également un risque élevé de maladies cardiovasculaires, mais aussi une résistance à l’insuline, facteur d’apparition du diabète de type 2.

La science a démontré que si le sucre de table entraine une augmentation du taux de triglycérides, le miel, consommé de manière régulière à la place du sucre produit l’effet inverse et fait donc chuter le taux de triglycérides de 11 à 19%.

7. Le miel est un allié du cœur

La lutte contre les maladies cardiaques constitue sans doute l’un des bienfaits du miel que les malades recherchent le plus.

Riche en antioxydants comme les phénols, le miel permet de déboucher les artères et favorise ainsi l’arrivée du sang vers le cœur. Grâce à son rôle démontré scientifiquement dans la neutralisation des caillots sanguins, il permet à ceux qui le consomment de se préserver des attaques cardiovasculaires.

Les experts ont également pu établir grâce à des expérimentations menées sur des rats, le rôle protecteur du miel contre le stress oxydant. Malheureusement, aucun test sur les humains n’a encore été effectué pour confirmer ces conclusions avec certitude.

8. Le miel est un cicatrisant et un anti-brûlure

Si on devait rechercher le rôle le plus ancien attribué au miel pour ses bienfaits, ce serait son doute celui de cicatrisant et d’anti-brûlure, deux applications qui ont fait sa renommée dès l’époque de l’Egypte ancienne.

Les temps modernes continuent encore à s’intéresser aux bienfaits du miel sur les plaies et les brûlures puisqu’on dénombre actuellement pas moins d’une vingtaine de recherches sur le sujet.

Une revue parue en 2015 a fait l’effort de compiler les résultats de ces expériences scientifiques. Ainsi, le miel permet d’apaiser les brûlures jusqu’au second degré et les plaies souillées résultant d’interventions chirurgicales.

Les diabétiques peuvent compter sur le miel pour venir à bout de leurs ulcères du pied. Il les préserve donc de l’amputation, une solution somme toute radicale, mais parfois inévitables chez les ulcères du diabétique.

Pour l’heure, le traitement des plaies par le miel permet d’obtenir un taux de réussite de 43%. Ce chiffre remonte à 97% s’il s’agit de guérir les ulcères du pied.

Les bienfaits du miel dans le traitement des plaies et des brûlures s’expliquent rationnellement par ses vertus anti-inflammatoires et ses propriétés antibactériennes. Par la même occasion, il permet aussi d’apporter les nutriments essentiels au renforcement des tissus situés sur le pourtour de la région infectée.

Ces mêmes vertus expliquent l’effet bénéfique du miel dans le traitement du psoriasis, des hémorroïdes et d’autres lésions cutanées.

9. Le miel est un antitussif 

La toux constitue l’une des manifestations les plus communes des maladies des voies respiratoires chez les enfants. Elle nuit à leur qualité de vie tout en affectant celle des parents, plus spécialement la nuit.

Pour venir à bout de ce symptôme, naturellement, mais aussi pour épargner à votre enfant les effets secondaires des antitussifs classiques, privilégiez le miel, efficace pour guérir les toux infantiles.

Il convient de noter que des études ont mis en évidence le fait que l’efficacité du miel contre la toux était largement supérieure à certains traitements réputés. La science a également permis de conclure que son action était meilleure du fait que les enfants dormaient mieux par rapport aux traitements médicaux classiques.

Par contre, on évitera de donner du miel aux enfants âgés de moins d’un an pour écarter les risques liés au botulisme.

10. Le miel est un anti-allergique

Certaines recherches ont également suggéré que le miel pouvait aider à diminuer les allergies saisonnières.

Ainsi, une étude menée sur 36 personnes souffrant d’allergie oculaire a permis de conclure que les patients qui consommaient du miel répondaient largement mieux à leur traitement comparés à ceux qui n’en prenaient pas.

Le seul effet négatif évoqué par les patients était alors qu’il était parfois difficile d’avaler le miel du fait qu’il était trop sucré.

Les effets secondaires inattendus de miel :

Pour bien profiter des bienfaits du miel, il convient de rappeler que son apport dans notre état de santé ne saurait être comptabilisé sans un régime alimentaire sain et équilibré dans sa globalité.

Ainsi, vous devrez favoriser une alimentation variée et ne pas vous concentrer sur un aliment unique. Le miel à lui seul ne saurait donc vous garantir une vie sans maladie.

De même, le miel reste un aliment extrêmement riche en sucres et en tant que tel, sa consommation doit être surveillée. Il faut savoir que les apports journaliers en sucre ne doivent pas dépasser les 100 calories chez la femme et les 150 calories chez l’homme. Il s’agit d’un standard établi par une association américaine engagée dans la santé cardiaque.

Ces limites équivalent à un peu plus de 2 cuillères à soupe de miel pour les femmes et

3 cuillères chez l’homme.

Enfin, le miel peut contenir des bacilles botuliques responsables du botulisme chez l’enfant. Il s’agit d’une forme rare d’empoisonnement alimentaire qui doit être prise au sérieux étant donné qu’il mène à la paralysie.

Il faut savoir que même le miel pasteurisé peut encore contenir ces germes néfastes. On tâchera donc de ne pas administrer du miel aux enfants âgés de moins d’un an.

Comment prendre le miel et en quelle quantité ?

Pour bien incorporer le miel dans votre alimentation au quotidien, la clé est de l’expérimenter en l’ajoutant comme ingrédient à vos plats.

Sachez tout d’abord que le miel peut colorer un peu trop vos pâtisseries ou les rendre humides. Pour une recette nécessitant 1 verre de sucre, diminuez le miel de ¾ et réduisez les ingrédients liquides de l’équivalent de quelques cuillères à soupe.

Vous devrez aussi diminuer de quelques degrés la température du four indiquée dans votre livre de recettes.

De toutes les manières, le miel peut être utilisé pour sucrer vos plats et vos marinades, mais aussi vos boissons matinales comme le thé ou le café. Vos pâtisseries gagneront aussi en goût si vous enduisez leur dessus de miel avant de les déguster.

Le miel se mélange aussi très bien avec le yaourt, les céréales, l’avoine… Vous pourrez aussi l’utiliser pour garnir vos pains et l’enduire avec du beurre, du beurre de cacahuète…

En tout cas, vous n’aurez pas de mal à trouver des recettes à base de miel.

Encore une fois, faites l’effort de respecter la dose journalière conseillée pour chaque individu. Elle est d’environ 100g, soit de 2 cuillères à soupe pour les femmes et de 150g, soit l’équivalent de 3 cuillères à soupe chez l’homme.

Conclusion :

On peut dire que les bienfaits du miel sont sans limite. C’est un allié de poids pour se protéger de nombreuses afflictions, si ce n’est que pour parler des maladies cardiovasculaires.

Le miel est un remède naturel contre la toux des enfants, les brûlures et les plaies infectées. Elle permet de garder le bon taux de cholestérol dans le sang, de préserver le cœur et même de lutter contre les allergies.

Les diabétiques trouveront dans le miel l’aliment qui permettra d’atténuer les symptômes liés à leur maladie tandis que les personnes souffrant d’intolérance pourront mieux lutter contre leurs allergies.

Toutefois, le miel reste un sucre et doit être utilisé en conséquence, avec modération, sans jamais dépasser la quantité journalière conseillée par les médecins.

Il a enfin peu de contre-indications et peut être intégré dans votre alimentation au quotidien à condition qu’elle reste saine, variée et équilibrée. Le seul obstacle à la consommation régulière de miel restera sans doute son goût, trop sucré pour certains individus.

Et vous, connaissez-vous d’autres vertus que l’on puisse donner au miel ? En consommez-vous régulièrement ? Peut-être avez-vous aussi des conseils à proposer à ceux qui veulent intégrer le miel dans leur alimentation ?

ECRIVEZ UN COMMENTAIRE !