Mangez du saumon avant de passer un examen ! Consommez des baies pour prévenir la maladie d’Alzheimer ou du chocolat pour améliorer votre capacité intellectuelle…

  • Avez-vous déjà entendu l’une de ces phrases pendant votre enfance ?
  • Une nourriture énergétique pour le cerveau, cela ne vous paraît-il pas bizarre ?

Fait intéressant, j’ai voulu tenter de démêler le vrai du faux afin de pouvoir vous éclairer sur le cerveau, l’organe qui nous gouverne tous ! Explications !

Les nutriments qui interagissent d’une manière positive avec le cerveau

En premier lieu, il me semble important de souligner qu’il existe de nombreux aliments qui peuvent interagir avec le cerveau. Toutefois, les recherches en nutrition suggèrent que quatre types de nutriments le nourrissent de manière positive :

  • Le glucose

D’après les recherches, lorsque les sucres et les graisses sont convertis en glucose, celui-ci va devenir une source d’énergie pour votre cerveau. Donc, plus le taux de glucose dans votre alimentation est élevé, plus il stimule votre pensée, votre mémoire et votre santé mentale.

  • Les acides gras

Les acides gras, notamment les acides gras polyinsaturés renforcent les synapses (des zones d’échange entre les cellules et les neurones) de votre cerveau. En effet, plus les acides gras oméga-3 et oméga-6 sont abondants, plus les synapses peuvent améliorer votre capacité de mémoire.

  • Les acides aminés

Les acides aminés favorisent la connexion des neurotransmetteurs dans votre cerveau. En effet, il en existe 4 types :

  • La dopamine pour la fonction immunitaire et le système nerveux,
  • La noradrénaline pour la concentration,
  • La sérotonine pour l’humeur, le sommeil et l’apprentissage ,
  • L’acétylcholine pour la mémoire.

Les antioxydants

Les antioxydants aident votre cerveau à réguler le stress oxydatif. En effet, ce dernier est dû lorsque votre corps convertit le glucose en énergie et que des radicaux libres sont créés à partir de l’oxygène supplémentaire. Donc, les antioxydants les bloquent pour que votre cerveau ne travaille pas aussi fort.

Explications scientifiques : pourquoi certains aliments boostent votre cerveau ?

Comment expliquer scientifiquement qu’il existe des aliments qui peuvent affecter votre faculté cérébrale ? Comment les intégrer dans votre alimentation ?

Autant de questions qui m’a poussé à chercher les avis des experts.

Selon Gary Wenk, professeur de neuroscience et Barbara Shukitt-Hale de l’USDA Nutrition Research Facility à l’Université Tufts, le cerveau se nourrit des nutriments fournis par la nourriture, tout comme les muscles, le cœur ou encore l’estomac.

En effet, la première fonction de votre cerveau est de contrôler tout ce que vous faites. Du coup, lorsque vous mangez de la nourriture, celle-ci peut avoir un effet positif ou négatif sur le fonctionnement de votre cerveau.

« Vous êtes ce que vous mangez »

Le fonctionnement du cerveau est assez difficile à comprendre. Cependant, la science démontre qu’il est influencé non seulement par des facteurs métaboliques, mais aussi par des facteurs nutritionnels.

Par exemple, lorsque vous buvez de l’alcool, cela envahit votre pensée et vous avez du mal à rester lucide.

Certaines études scientifiques suggèrent que les troubles neuropsychiatriques comme la perte de la mémoire sont causés par une carence en vitamines.

D’autres recherches en nutrition affirment que les acides gras oméga-3 jouent un rôle important dans le développement du cerveau d’un nouveau-né. Ce qui doit impliquer une bonne alimentation de la mère enceinte.

Voici un petit aperçu de ce que le cerveau contient. En fait, il est composé :

  • Des cellules et des neurones : ce sont des composés de graisses et de cholestérol
  • Des synapses : ce sont des zones d’échanges entre les neurones. Ils sont dépendants des acides gras oméga-3
  • Des neurotransmetteurs : ce sont des molécules qui facilitent la communication entre les neurones. Sous forme d’acides aminés, ils optimisent également les réactions chimiques issues de certains nutriments, notamment les vitamines.

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais ces nutriments (les acides gras oméga-3, les graisses, les acides aminés, les vitamines) se trouvent toujours dans votre assiette.

Selon Wenk : “l’être humain partage une histoire évolutive avec les animaux et les plantes. Du coup, lorsque les produits chimiques qu’e vous  consommez pénètrent dans votre cerveau à une concentration suffisamment élevée, cela affectera également votre façon de penser et de sentir”.

Shukitt-Hale rajoute que : “les plantes développent des mécanismes pour faire face aux contraintes de leur environnement. En raison de la lumière du soleil et de la température, elles développent des capacités antioxydantes et anti-inflammatoires. Quant à vous, lorsque vous ingérez des aliments qui disposent de ces propriétés, ils protègent également votre corps”.

Cela veut dire quoi au juste ?

Eh bien, la réponse est simple comme indique le vieux dicton : vous êtes ce que vous mangez… Donc, la nourriture énergétique pour le cerveau inclut non seulement la qualité des nutriments que vous mangez, mais aussi leur quantité.

Rappelons-le, comme Wenk l’explique : c’est juste une dose importante de nutriments qui arrivent à traverser la barrière hémato-encéphalique (une paroi autour de votre cerveau qui laisse passer les nutriments et qui empêche les éléments nocifs).

Comment augmenter la performance cérébrale, quels avantages ?

Si vous cherchez à devenir plus intelligent pendant quelques heures de test, vous serez déçu par les résultats de recherches scientifiques. En fait, la “nourriture du cerveau” ne vous rendra pas intelligent, mais optimise vos fonctions cognitives.

Ces dernières regroupent : la mémoire, le langage, la perception, la concentration, les fonctions intellectuelles (prise de décision), les fonctions exécutives, l’attention et l’imagerie mentale.

Ainsi, le véritable objectif de cette nourriture énergétique pour le cerveau est de répondre au mieux les besoins nutritifs de cet organe, et donc d’augmenter vos performances cérébrales.

D’après Shukitt-Hale, il existe des avantages de la “nourriture du cerveau” à court et à long terme. En amont, elle change l’expression des gènes et en aval, elle booste vos cellules cérébrales à exécuter leurs rôles dans votre cerveau.

Tout comme un régime alimentaire qui vous fait sentir bien dans vos muscles, un meilleur régime cérébral fait de même pour votre réflexion. En réalité, vous ne remarquerez pas le changement sauf si vous passez d’un régime malsain à un régime sain.

Toutefois, cela ne veut pas dire que vous n’avez pas besoin d’obtenir aussi souvent possible les bons nutriments pour votre cerveau.

Je vais maintenant vous proposer les trois grands avantages de manger certains aliments.

I. Une nourriture énergétique pour aider le cerveau à rester en forme au cours d’une journée

Comme les autres organes de votre corps, votre cerveau a besoin d’énergie pour fonctionner. Plusieurs études ont montré que le cerveau brûle 20% de calories obtenues à partir de la nourriture. Étant donné que cet organe n’est pas capable de stocker de l’énergie, il faut qu’il soit constamment alimenté en énergie.

Comment procéder ?

Les stimulations cérébrales à court terme, c’est la seule façon de rendre votre cerveau toujours en pleine forme au cours d’une journée. Autrement, son efficacité régresse. La fatigue, la nervosité, l’irritabilité et le manque de concentration en sont les conséquences.

1. Garder le taux de glucose à un niveau constant dans le sang

Ce n’est pas difficile, car la source d’énergie primaire de votre cerveau est le glucose. Du coup, tout ce que vous mangez (les bonbons, les biscuits, le lait…) peut vous procurer ce nutriment. Par contre, je vous conseille d’orienter votre choix vers les aliments qui libèrent lentement les glucides.

En fait, votre cerveau fonctionne mieux avec 25 g de glucose dans le sang. Ainsi, vous pouvez réguler ce taux en mangeant régulièrement des bananes, des lentilles, des haricots, des grains entiers, des pois chiches…

Rappelons-le, l’objectif n’est pas de charger votre cerveau de glucose, mais de garder le taux de glucose à un niveau constant tout au cours d’une journée afin d’optimiser la réflexion.

2. Réduire l’indice glycémique global

L’indice glycémique est un nombre qui explique comment les aliments affectent le niveau de glucose dans votre sang. Plus, il est faible, plus l’aliment libère lentement le glucose dans votre circulation sanguine.

C’est une vraie alternative pour bien réguler le taux de glucose dans votre sang et donc, pour éviter de bourrer votre cerveau de glucose. Cependant, il est souvent difficile de bien déterminer les aliments à faible indice glycémique, car ils interagissent les uns les autres.

Par exemple, si vous mangez du pain de blé entier, le glucose se libère graduellement au fil du temps. Par contre, si vous mangez du pain seul, il peut provoquer une légère augmentation et une chute rapide du niveau de glucose dans votre sang. Donc, n’hésitez pas à bien planifier vos repas.

3.Privilégier les sources d’acides aminés

J’aimerais noter également qu’il existe deux types d’acides aminés qui peuvent facilement traverser la barrière hémato-encéphalique : le tryptophane et la tyrosine. Donc, n’hésitez pas à consommer des aliments qui contiennent ces nutriments.

Les poissons, les viandes, les œufs, les fromages et les yaourts sont des excellentes sources d’acides aminés. En effet, selon l’explication scientifique, lorsque votre corps décompose la protéine, il crée en même temps des acides aminés pour aider les organes (dont le cerveau) à fonctionner.

II. Une nourriture énergétique pour remplacer les cellules cérébrales perdues

À l’école secondaire, on vous a certainement appris que les cellules du cerveau sont irremplaçables. Toutefois, les nouvelles recherches montrent que ce n’est pas tout à fait vrai. De récentes études ont suggéré que tout au long de notre vie, on fabrique toujours de nouvelles cellules cérébrales.

En fait, selon Shukitt-Hale : certains aliments peuvent modifier l’expression des gènes dans le cerveau, optimiser la communication neuronale et créer de nouvelles cellules cérébrales… Et on pense qu’un type d’aliment capable de favoriser la production de cellules cérébrales provient de l’acide gras oméga-3.

Les poissons et les noix sont les principales sources de ce nutriment. Donc, il n’y a rien de plus simple que de manger une portion de ces aliments tous les jours et de faire quelques exercices pour aider votre cerveau à reconstruire ses cellules.

III. Une nourriture énergétique qui protège contre le déclin cognitif

Il convient de noter que le vieillissement de votre cerveau n’est pas du tout inéluctable. Et pour cause, la brain food peut protéger les cellules cérébrales des lésions liées à ce phénomène et stimuler vos fonctions cognitives.

En général, le déclin cognitif débute à partir de 45 ans d’après les études scientifiques. Cependant, il n’atteint pas au même moment, ni de la même façon l’ensemble des fonctions cognitives.

Pour protéger votre cerveau contre les radicaux libres qui sont responsables des troubles et des maladies cognitives (l’Alzheimer), vous devrez vous assurer que votre cerveau ne manque pas de micro et de macronutriments.

Plus précisément, vous devrez manger des antioxydants tous les jours. Ils peuvent combattre les radicaux libres qui détruisent les cellules de votre cerveau.

De plus, les études de Shukitt-Hale sur les baies ont montré que les antioxydants peuvent prévenir l’inflammation dans le cerveau qui peut conduire à des dommages neuronaux.

Selon encore cet expert, les épinards, le brocoli, les carottes et la plupart des thés sont également d’excellentes sources d’antioxydants.

Sinon, vous pouvez également manger du poisson, au moins une fois par semaine. D’ailleurs, cet aliment est surnommé « la nourriture du cerveau ». En effet, les recherches sont encore en cours.

Cependant, en plus d’être une meilleure source d’acides gras (nécessaire pour reconstruire les cellules du cerveau), le poisson contribue également au ralentissement du déclin cognitif.

Une étude publiée dans les Archives of Neurology, a montré que la consommation de poisson ralentit le déclin cognitif d’environ 10% chez les personnes âgées.

Cependant, d’autres recherches suggèrent que le poisson seul n’est pas un stimulant cérébral. Il doit s’accompagner avec d’autres sources de nutriments essentiels.

Existe-t-il une solution pour prévenir le déclin cognitif ?

La réponse est non. C’est une étape incontournable de la vie humaine. Toutefois, selon Wenk : la restriction alimentaire peut le ralentir. En effet, c’est la seule étude qui a fait ses preuves pour vous aider à vivre plus longtemps, à augmenter votre QI et à éviter les troubles et les maladies cognitives.

Réflexion Finale Sur Les Aliments Bons Pour Le Cerveau

Pour terminer, j’aimerais souligner que de nombreuses recherches scientifiques sur la relation entre l’alimentation et le cerveau ne sont pas encore suffisantes. En fait, inclure la brain food dans votre régime alimentaire ne veut pas dire pousser votre cerveau au-delà de sa limite.

Au contraire, il s’agit tout simplement de le protéger pour qu’il puisse bien exécuter ses fonctions. Cette nourriture énergétique pour le cerveau ne vous rendra pas plus intelligent.

À court terme, elle garde votre cerveau en forme au cours d’une journée. À long terme, elle ralentit son vieillissement, vous protège contre les troubles et les maladies cognitives telles que la maladie d’Alzheimer.

Et vous, quel régime alimentaire adoptez-vous pour répondre au mieux aux besoins nutritifs de votre cerveau ? Est-ce efficace ? Partagez-les dans les commentaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here